Official Website

La vie sexuelle de Tintin

J’attaque Hergé pour son côté collabo. Critiquer Hergé, c’est se mettre la nation à dos. A travers lui et dans la foulée, je me fais la famille royale, en employant la grosse artillerie : leur collaboration avec l’ennemi nazi avant et pendant la guerre. Ce sont les fondations mêmes de la maison belge que j’ébranle. Sans le savoir, je sabote l’essence même de mon concept : l’identité belge.
En plus, dans les histoires fictives, j’introduis des personnages politiques existants comme Paul Vanden Boeynants, premier ministre, j’invente des enfants royaux bâtards, j’annonce les tueurs du Brabant dans une série de BD qui s’appelle Jaunes.
Atmosphère étrange et prémonitoire.
Quand j’attaque la famille royale, la revue Circus dans laquelle les histoires sont publiées est saisie par la gendarmerie dans tous les kiosques belges. Alors qu’une carrière à succès dans la BD s’ouvrait devant moi, me voilà mis à l’index.
En 82 paraît un personnage « Carette » qui détruit le palais royal. Il annonce en quelque sorte des Cellules Communistes Combattantes de 1986. A partir de quelques éléments, j’imaginais des situations qui allaient vraiment se réaliser.

Dès ce moment là la Brigade Spéciale de Recherche (BSR) s’est intéressée à moi. Je suis sous contrôle. Je transgressais, les lecteurs écrivaient aux éditeurs, je m’engageais dans des polémiques avec mes propres éditeurs. Avec la mort d’Hergé, j’en ai remis une couche. Je sors un Tintin porno que j’ai appelé La Vie sexuelle de Tintin. C’est le début des procès avec la veuve Hergé. Procès qu’elle finit par perdre parce que je ressors les dessins antisémites d’Hergé effectués pendant la guerre qui effrayeront jusqu’à ses propres avocats Maître Berenboom pour la Belgique et Maître Weil pour la France. A partir de là, elle cessera ses poursuites à mon égard. Pour moi le modèle de Tintin, c’est Léon Degrelle à 16 ans. Léon Degrelle est un jeune reporter du journal Le Vingtième siècle dans lequel Hergé dessinait les aventures de Tintin-Degrelle. Par la suite Degrelle sera le chef fasciste pour lequel Hergé dessinera de nombreuses couvertures de livres. Hergé ira jusqu’à réaliser le graphisme du drapeau rexiste. Mon propos : enlever le couvercle de ce pays, lui dire que ses idoles sont des rexistes, le tout en employant tous les moyens du discrédit.

En même temps, je ressors mes vieux collages sur le roi Baudouin, j’organise une première grosse expo au Dolle Mol sur les icônes belges que sont Tintin et Baudouin. Cela sonnera le glas de ma carrière de la BD, mais aussi d’illustrateur et d’auteur de collages artistiques.
Je vais de saisie en saisie, de procès en procès (La vie sexuelle de Fabiola, de Khomeini, du pape, de Le Pen, Maurice Béjart, etc.).

 

Next Post

Previous Post

© 2018 Jan Bucquoy

Par Linéale